From 1 - 10 / 36
  • Un bulletin de vigilance relatif à la pollution atmosphérique sur la région Grand Est est généré lors de chaque activation d'une vigilance. Il est issu des préconisations de l'Arrêté Cadre Zonal relatif aux procédures préfectorales en cas d'épisode de pollution dans l'air ambiant. Ce bulletin de vigilance est produit à partir des informations issues de la chaîne de prévision numérique et de l'expertise d'un prévisionniste. Il traite essentiellement de la situation prévue lors des 24 heures suivantes. En règle générale, il est diffusé avant 14 h. Pour tenir compte de l'exposition de la population, il intègre des critères de superficie, de nombre d'habitants exposés ou de situations particulières. Il indique le polluant concerné, la date de l'épisode, les zones concernées et le niveau de vigilance (jaune, orange, rouge). Il comporte des messages sanitaires adaptés au polluant correspondant à l'épisode de pollution en cours, ainsi que des recommandations comportementales. Selon les cas de figure, il peut être suivi d'une activation d'un dispositif préfectoral d'information ou d'alerte.

  • Les cartes de prévision d'indices de la qualité de l'air (IQA) et des concentrations spatialisés de pollution atmosphérique (NO2, O3, PM10) sont produites automatiquement 2 fois par jour (9h00 et 17h00) par la chaîne de modélisation PREVISIONAIR (modèle ADMS-URBAN) alimentée par la chaîne de modélisation régionale PREVEST . Ces données sont issues d'une correction statistique couvrant les échéances de J0, J+1 et J+2. Elles alimentent le bulletin journalier de prévision de qualité de l'air pour la région Grand Est. L'indice est calculé à partir de la concentration dans l'air ambiant de trois polluants mesurés en continu par des capteurs automatiques (NO2, PM10, O3). L'indice qualifiant une journée est associé à la concentration la plus élevée de ces polluants. Il varie sur une échelle de valeurs de 1 à 10 selon des niveaux fixés par les réglementations françaises et européennes qui correspond à un qualificatif de l'air ambiant de "très bon" à "très mauvais".

  • Les cartes de prévision d'indices de la qualité de l'air (IQA) et des concentrations spatialisés de pollution atmosphérique (NO2,O3, PM10) sont produites automatiquement 2 fois par jour (9h00 et 17h00) par la chaîne de modélisation PREVISIONAIR (modèle ADMS-URBAN) alimentée par la chaîne de modélisation régionale PREVEST . Ces données sont issues d'une correction statistique couvrant les échéances de J0, J+1 et J+2. Elles alimentent le bulletin journalier de prévision de qualité de l'air pour la région Grand Est. L'indice est calculé à partir de la concentration dans l'air ambiant de trois polluants mesurés en continu par des capteurs automatiques (NO2, PM10, O3). L'indice qualifiant une journée est associé à la concentration la plus élevée de ces polluants. Il varie sur une échelle de valeurs de 1 à 10 selon des niveaux fixés par les réglementations françaises et européennes qui correspond à un qualificatif de l'air ambiant de "très bon" à "très mauvais".

  • Les cartes de prévision des concentrations spatialisées de pollution (NO2, O3, PM10, PM2.5) dans l'air ambiant sont produites automatiquement 3 fois par jour (8h30, 10h30 et 16h30) par la chaîne de modélisation PREVEST (modèles WRF/CHIMERE). Ces données sont issues d'une correction géostatistique couvrant les échéances de J-1 (correction basée sur les mesures) à J0, J+1, J+2 et J+3 (corrections basées sur une méthode statistique). Elles contribuent à alimenter le bulletin journalier de prévision de qualité de l'air pour la région Grand Est, notamment pour la détermination de l'indice de qualité de l'air (IQA). Ces cartes peuvent toutefois être différentes de celles présentées dans le bulletin journalier suite à l'expertise des prévisionnistes.

  • Niveaux annuels des polluants en dioxyde d’azote NO2 et en particules fines en suspension (PM10, PM2.5) issus de la modélisation sur l'agglomération de Nancy pour les années 2017 à 2020. Les données proviennent de la chaîne analyse de modélisation fine résolution (modèle ADMS-URBAN). Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube).Les statistiques annuelles concernent le dioxyde d'azote en moyenne annuelle (µg/m³), les particules fines en suspension PM10 en moyenne annuelle (µg/m³). Les statistiques annuelles concernant les particules fines en suspension PM2.5 sont disponibles pour 2020. Elles sont produites chaque année dans le cadre du reporting européen.

  • Niveaux annuels des polluants en dioxyde d’azote NO2 et en particules fines en suspension (PM10, PM2.5) issus de la modélisation sur l'agglomération de Strasbourg pour les années 2017 à 2020. Les données proviennent de la chaîne analyse de modélisation fine résolution (modèle ADMS-URBAN). Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube). Les statistiques annuelles concernent le dioxyde d'azote en moyenne annuelle (µg/m³), les particules fines en suspension PM10 en moyenne annuelle (µg/m³). Les statistiques annuelles concernant les particules fines en suspension PM2.5 sont disponibles pour 2020. Elles sont produites chaque année dans le cadre du reporting européen.

  • Niveaux annuels des polluants en dioxyde d’azote NO2 et en particules fines en suspension (PM10, PM2.5) issus de la modélisation sur l'agglomération de Reims pour les années 2017 à 2020. Les données proviennent de la chaîne analyse de modélisation fine résolution (modèle ADMS-URBAN). Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube).Les statistiques annuelles concernent le dioxyde d'azote en moyenne annuelle (µg/m³), les particules fines en suspension PM10 en moyenne annuelle (µg/m³). Les statistiques annuelles concernant les particules fines en suspension PM2.5 sont disponibles pour 2020. Elles sont produites chaque année dans le cadre du reporting européen.

  • Niveaux annuels des polluants en dioxyde d’azote NO2 et en particules fines en suspension (PM10, PM2.5) issus de la modélisation sur l'agglomération de Metz pour les années 2017 à 2020. Les données proviennent de la chaîne analyse de modélisation fine résolution (modèle ADMS-URBAN). Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube).Les statistiques annuelles concernent le dioxyde d'azote en moyenne annuelle (µg/m³), les particules fines en suspension PM10 en moyenne annuelle (µg/m³). Les statistiques annuelles concernant les particules fines en suspension PM2.5 sont disponibles pour 2020. Elles sont produites chaque année dans le cadre du reporting européen.

  • Niveaux annuels des polluants en dioxyde d’azote NO2 et en particules fines en suspension (PM10, PM2.5) issus de la modélisation pour la région Grand Est pour les années 2017 à 2020. Les données d'entrée utilisées sous forme de grille sont des concentrations issues de la chaîne de modélisation PREVEST (modèles WRF/CHIMERE) à 3 km, raffinées à 1km selon la méthodologie GIRAF mise à disposition par Air Rhône-Alpes, puis corrigées par les mesures horaires du réseau de stations fixes du réseau Atmo Grand Est au moyen d'un krigeage des innovations. Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube). Les statistiques annuelles concernent le dioxyde d'azote en moyenne annuelle (µg/m³), les particules fines en suspension PM10 en moyenne annuelle (µg/m³). Les statistiques annuelles concernant les particules fines en suspension PM2.5 sont disponibles pour 2020. Elles sont produites chaque année dans le cadre du reporting européen.

  • Les cartes de prévision d'indices de la qualité de l'air (IQA) et des concentrations spatialisées de pollution atmosphérique (NO2, O3, PM10) sont produites automatiquement 2 fois par jour (9h00 et 17h00) par la chaîne de modélisation PREVISIONAIR (modèle ADMS-URBAN) alimentée par la chaîne de modélisation régionale PREVEST . Ces données sont issues d'une correction statistique couvrant les échéances de J0, J+1 et J+2. Elles alimentent le bulletin journalier de prévision de qualité de l'air pour la région Grand Est. L'indice est calculé à partir de la concentration dans l'air ambiant de trois polluants mesurés en continu par des capteurs automatiques (NO2, PM10, O3). L'indice qualifiant une journée est associé à la concentration la plus élevée de ces polluants. Il varie sur une échelle de valeurs de 1 à 10 selon des niveaux fixés par les réglementations françaises et européennes qui correspond à un qualificatif de l'air ambiant de "très bon" à "très mauvais".