From 1 - 10 / 25
  • Carte piézométrique (09/09/1991) en situation de basses eaux (BE). La première cartographie piézométrique de l’ensemble de la nappe d’Alsace, largement diffusée et utilisée, a été réalisée et éditée en 1995 par la Région Alsace, pour une situation de basses eaux du 09/09/1991, dans le cadre du Projet transfrontalier INTERREG « Cartographie Hydrogéologique du Rhin Supérieur », projet cofinancé par l’Agence de l’eau Rhin-Meuse, le Ministère de l’environnement et l’Umwelt Ministerium Baden-Württemberg.

  • Carte de localisation des points actuellement suivis par l'APRONA

  • Carte piézométrique (05/05/2009) en situation de moyennes eaux (ME). Le réseau piézométrique régional APRONA est évidemment à la base de cette carte piézométrique mais son nombre limité de points (en comparaison avec le réseau outre-Rhin de nos partenaires allemands) ne permet pas de tracer précisément les courbes isopièzes dans tous les secteurs. Nous nous sommes donc appuyés sur des réseaux locaux ou sur les connaissances d’autres gestionnaires comme : - La CUS (secteur Strasbourg), - Les MDPA (secteur bassin potassique), - Le réseau Zones Humides (Ried, Illwald, Bruch de l’Andlau), - La Ville de Mulhouse (secteur Doller et forêt de la Hardt), - Le SDEA (Bas-Rhin), - VNF (Polder d’Erstein), - Certaines Zones Pilotes des missions eaux. Les points de mesures de certains réseaux non suivis régulièrement ont été contrôlés sur le terrain afin de vérifier l’état général de l’ouvrage et les conditions d’accès en amont de la campagne de mesure. Les nivellements de certains points ont été vérifiés dans un deuxième temps. A l’issue de ces visites de terrain, et en concertation avec nos partenaires, un réseau global de 371 points a été défini sur lequel les niveaux de nappe ont été mesurés le 5 mai 2009. Cela correspond à une situation de moyennes eaux (ME) pour la nappe.

  • Inventaire transfrontalier 1997 de la qualité des eaux souterraines dans le Fossé rhénan supérieur (M.O. Région Alsace)

  • Inventaire transfrontalier 2003 de la qualité des eaux souterraines dans le Fossé rhénan supérieur (M.O. Région Alsace)

  • Inventaire 1991-1992 de la qualité des eaux souterraines dans le Fossé rhénan supérieur (M.O. Région Alsace)

  • Inventaire 1983 de la qualité des eaux souterraines dans le Fossé rhénan supérieur (M.O. Région Alsace)

  • La campagne de mesure s’est déroulée sur une durée de 18 mois entre janvier 2011 et juin 2012. A l’issue de ce suivi, une nouvelle carte piézométrique du secteur a pu être tracée. Celle-ci est basée sur les points du réseau piézométrique régional de l’APRONA et sur des points complémentaires : réseau spécifique temporaire Sundgau, Euro-Airport et réseaux suisses. La date retenue est le 15/3/2011 qui correspond à une situation de hautes eaux. Les directions d’écoulement dans le secteur sud de la zone sont sensiblement modifiées par rapport à la carte piézométrique des moyennes eaux de 2009. La carte ME, avant modification ne doit plus être utilisée dans le secteur Bartenheim – Hégenheim.

  • Inventaire 2009 de la qualité des eaux souterraines dans le Fossé rhénan supérieur (M.O. Région Alsace)

  • Depuis plusieurs années, une augmentation sensible de la température de la nappe est observée sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg. C’est actuellement sur la nappe d’Alsace le seul secteur avec des études ou un suivi. Que se passe-t-il sur le reste de l’aquifère ? Quelles en sont les causes ? Les connaissances actuelles ne sont pas suffisantes pour expliquer cette augmentation. Les pistes principales sont l’impact anthropique (PAC) ou le réchauffement climatique. L’APRONA va donc déployer progressivement un réseau de référence du suivi de la température à l’échelle régionale. Les objectifs de ce réseau de références sont les suivants : - Acquérir à l’échelle régionale des chroniques températures régulières, pérennes et représentatives afin d’appréhender les dynamiques thermiques dans la nappe d’Alsace ; - Constituer à l’échelle régionale des chroniques de données continues et homogènes pour déterminer sur une longue période des "valeurs caractéristiques" de l’aquifère et détecter, le cas échéant, d'éventuels signes de surexploitation par les pompes à chaleur (PAC) ou déterminer les secteurs où les actions prioritaires sont à engager ; - Assurer un suivi de la température sur le long terme afin de détecter les variations inter annuelles de ce paramètre et les signes du réchauffement climatique ; - Fournir des données fiables afin de mieux interpréter les échanges nappe / rivières ; - Fournir des informations homogènes et fiables à l’échelle régionale, aux usagers (collectivités, administrations, décideurs publics, bureaux d’étude, aménageurs et particuliers) sur l’état de la ressource souterraine. Le réseau comporte 50 points de mesure au 31/12/2016.